vu-de-varsovie-vu-de-bruxelles-la-reunification-allemande-etait-elle-une-erreur-|opinions delibeRatio - Vu de Varsovie, vu de Bruxelles : la réunification allemande était-elle une erreur ?

Vu de Varsovie, vu de Bruxelles : la réunification allemande était-elle une erreur ?

2023-12-01
Temps de lecture 8 min
Comment peut-on même poser ce genre de question ? Après tout, nous reconnaissons le principe du droit des nations à l’autodétermination, à l’indépendance, à décider de leur propre destin, à prendre des décisions collectives indépendantes. Et la chute du mur de Berlin n’a-t-elle pas été l’un des moments les plus brillants de l’histoire récente de l’Europe ? Serait-il possible de libérer l’Europe centrale et orientale du communisme et de la domination russe sans l’unification allemande ?

L’opposition anticommuniste polonaise considérait que l’unification de l’Allemagne était un processus quelque peu naturel et bénéfique pour l’ensemble de l’Europe, et même qu’elle constituait une condition pour des changements géopolitiques et politiques dans toute notre région. Voulant se libérer de l'étreinte de la Russie, la Pologne était prête à se placer avec confiance dans les bras de l'Allemagne, déjà rééduquée, démocratisée et occidentalisée dans les années d'après-guerre.

A cette époque, François Mitterrand et Margaret Thatcher étaient inquiets, tandis que les Américains – George Herbert Bush – soutenaient fortement l'unification. Aujourd’hui encore, la politique américaine se concentre sur la position dominante de l’Allemagne en Europe. Quiconque ne s'en souvient pas vit dans un monde fait de ses propres désirs et de son imagination. Margaret Thatcher avait tellement peur du nouvel expansionnisme allemand que lors d'un dîner le 8 décembre 1989, lors d'un sommet des dirigeants européens, elle déclara sans ambages : « Nous avons battu les Allemands à deux reprises, et maintenant ils se sont relevés ». En mars 1990, elle a invité des historiens et des hommes politiques à un débat à Checkers pour répondre à la question : « Dans quelle mesure les Allemands sont-ils dangereux ? Cependant, ils ne partageaient pas son évaluation de la situation et la convainquirent qu’il fallait aborder la réunification allemande avec empathie. Mitterrand, en revanche, partageait ses préoccupations, estimait qu'une intégration plus étroite de l'Allemagne dans les structures européennes permettrait d'éviter le danger et, craignant la domination économique de l'Allemagne, il poussa à l'introduction d'une monnaie commune. Jusqu'à présent, les Français ont maintenu cette politique, même si leur position par rapport à l'Allemagne s'affaiblit, notamment en raison de l'union monétaire. Les Britanniques ont cependant préféré se retirer de l’UE et laisser le continent à son propre sort.

Les préoccupations polonaises en 1989/1990 concernaient uniquement la question de la reconnaissance définitive de la frontière Oder-Neisse. Puis, avec la signature du traité frontalier et de l’accord de coopération et de bon voisinage, la thèse selon laquelle nous partageons un intérêt commun avec l’Allemagne est devenue un axiome de la politique étrangère polonaise. La réconciliation polono-allemande était considérée comme le fondement du nouvel ordre politique en Europe. Sa faiblesse évidente était non seulement de garder le silence sur des questions aussi fondamentales pour les Polonais que les réparations de guerre et l'indemnisation des victimes des crimes allemands, mais aussi de permettre à notre nouvel allié de pénétrer de nombreux domaines de la vie politique, économique et sociale de la Pologne, sans aucune restriction pour des raisons d'État. .

Il faut ajouter que les Allemands eux-mêmes avaient eux aussi des doutes avant 1989 quant à l’opportunité de l’unification, même si celle-ci était inscrite dans la Loi fondamentale et que personne ne la remettait officiellement en question. Je me souviens de l’époque où pratiquement personne en République fédérale n’envisageait sérieusement l’unification allemande. Parmi mes connaissances et mes amis issus des milieux universitaires, personne ne pensait que cette perspective était réaliste et souhaitable. L'opinion dominante était que la création d'un grand État allemand – relativement unifié – était l'œuvre malheureuse de Bismarck et que la forme naturelle de la vie politique allemande résidait dans une multitude d'États.

Il se trouve que le jour de la chute du mur de Berlin, deux de mes amis allemands, devenus plus tard maires sociaux-démocrates de petites villes du sud du pays, se trouvaient à Varsovie. À Ursynów, nous avons regardé des scènes de Berlin sur une petite télévision de fabrication soviétique. Quand j’ai dit que la réunification allemande allait avoir lieu, ils ont protesté. "Ich bin Bundesrepublikaner", s'est exclamé l'un d'eux, qui se considérait comme un patriote de la République de Bonn. Ils pensaient tous deux que les militants politiques de la RDA voudraient également conserver leur indépendance et leur séparation et qu'à terme, la RFA et la RDA resteraient des États séparés.

Aujourd’hui, je me demande si ceux qui étaient sceptiques à l’époque quant à l’unification allemande avaient raison. Nous, amoureux de la culture allemande - grande musique, littérature, philosophie - nous, sympathisants de l'Allemagne, souhaitant le meilleur à l'Allemagne, ne devrions-nous pas être d'accord avec le grand écrivain français François Mauriac, qui a avoué qu'il aimait tellement l'Allemagne qu'il était heureux que il y avait deux États allemands.

Notre erreur polonaise a été de transférer nos catégories de pensée dans un contexte complètement différent. Les Allemands n’ont jamais combattu, comme les Polonais, lors de soulèvements nationaux pour l’indépendance. Leur conscience nationale, réveillée par Napoléon, se limitait aux seuls cercles d'élite. Le mouvement national allemand cherchait à unir les petits États et s'opposait à leurs dirigeants, la Prusse et l'Autriche se battaient pour la domination, pour savoir lequel de ces pays réaliserait une telle unification. Il s’agissait donc principalement d’un combat intra-allemand. Après tout, l’Allemagne en tant qu’État n’a jamais existé sous la forme qu’elle a prise en 1990 et n’a jamais été un État-nation dans le passé (à l’exception de la courte période qui a suivi l’Anschluss de l’Autriche et avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale). Il ne s’agissait ni du Premier Reich – le Saint Empire romain germanique – ni du Deuxième Reich, en dehors duquel restaient de nombreux pays allemands. Comme le rappelle un éminent historien allemand : « L'Autriche, province orientale des anciens Bavarois, pays des empereurs couronnés à Francfort pendant des siècles, n'était plus un pays allemand. Également les Pays-Bas, qui ont autrefois donné naissance à l'un de ses rois, la Flandre impériale et le Luxembourg, dont la maison princière a donné naissance au célèbre empereur Charles IV, ainsi que la Suisse, à l'intérieur des frontières de laquelle se trouvait le château de la dernière dynastie impériale. Tous ces pays se sont créés une nouvelle nationalité. (Johannes Fried, Die Deutschen. Eine Autobiographie aufgezeichnet von Dichtern und Denkern , Munich 2018, p. 165).

Il n’est donc pas surprenant que les Allemands ne comprennent pas ou n’apprécient pas l’idée d’un État-nation et de l’autodétermination des nations. Ils ont cependant l’ambition d’organiser l’Europe entière et le sentiment d’une mission universelle. L’unification partielle de l’Allemagne en 1870 a immédiatement activé ses tendances impériales, conduisant aux deux guerres mondiales. Aujourd’hui, les Allemands ne montrent aucune tendance au militarisme, mais ils sont fermement convaincus qu’ils ont raison – que même leurs erreurs embarrassantes ultérieures ne peuvent effacer – que l’esprit de l’histoire ou la logique de l’histoire leur impose de diriger l’Europe. En tant que pays, ils ne veulent pas traiter les autres pays européens sur un pied d’égalité – faisant une exception à contrecœur uniquement pour la France. Mes anciennes connaissances et amis allemands, qui craignaient que l’unification de l’Allemagne (et de facto uniquement l’expansion de la République fédérale d’Allemagne jusqu’à la RDA) ne conduise tôt ou tard au renouveau de l’impérialisme allemand, prédisaient-ils correctement l’avenir ? Aujourd’hui, ils seraient eux-mêmes indignés d’une telle supposition, car ce néo-impérialisme se présente sous les traits de l’UE, à laquelle ils croient réellement. La plupart des soi-disant les Allemands ordinaires, qui, malgré leurs manières rudes, sont en réalité des gens honnêtes et de bonne humeur, sont convaincus que tout ce que fait leur pays, il le fait pour l'Europe, que plus il a de pouvoir, mieux c'est pour l'Europe, pour nous tous , pour le monde.

Il semblait qu'après la défaite de l'actuelle Ostpolitik allemande et de sa politique énergétique, le moment serait venu de "vacances de leadership", de l'examen de conscience et de la réflexion. Mais l’État allemand a rapidement retrouvé son moral, malgré des difficultés économiques croissantes. Et il apparaît de plus en plus clairement que l'élite politique, économique et culturelle allemande, s'efforçant de transformer l'Union européenne d'une union d'États en un État fédéral centralisé, veut liquider la plupart des États européens en tant qu'entités politiques indépendantes, et en même temps autant pouvoir dans l'Union européenne autant que possible pour lui-même.

Ne serait-il donc pas préférable pour l'ensemble de l'Europe qu'il y ait, à côté de l'Autriche et des cantons suisses alémaniques, au moins deux autres Länder allemands - voire quelques autres, comme la Bavière ou la Saxe ? Cela ne faciliterait-il pas la garantie d'un équilibre politique en Europe ? Et cela ne serait-il pas également préférable pour l'équilibre psychologique de la classe politique allemande, qui a d'une part de grandes - irréalistes - ambitions de leadership, non seulement en Europe, mais à l'égard du monde en général, et ne parvenant à y faire face, pousse l’Europe dans une direction erronée, voire désastreuse ?

Commentaires (0})